Equipage de Saint-Raphaël

(1884 - 1990)

Maître(s) d'équipage M. Henri-François Cruse (1979 - 1990)
M. Jean Cruse (1933 - 1979)
M. Alfred de Luze (1884 - 1933)
TerritoireMassif landais
Fanfare(s)La Paveil, La Saint-Raphaël
Historique

L'équipage devait son nom du hameau de Saint-Raphaël près de Castelnau-en-Médoc, où il fut fondé en 1884 par MM. Alfred de Luze, Henri Cruze et René Clauzel. Ce dernier y tenait jusqu'alors un équipage, créé en 1852. M. de Luze cherchait à augmenter son chassé. Il en eut l'occasion à la mise bas de l'Equipage de Marcheprime qui avait eu successivement pour maîtres le marquis du Vivier, le baron d'Oberkampf et M. Larrieu, propriétaire du Haut-Brion. Le territoire de Marcheprime s'ajouta à celui de Salaunes. Puis, il gagna les propriétés de Mme Wallerstein, à Arès. En tout 30 lieues carrées de bois et de landes jusqu'à Arcachon et la mer. Les chenils furent installés à Marcheprime.

 

(Collection Claude Alphonse Leduc - Château de Montpoupon)

 

Sur ce parcours agrandis, l'équipage trouva assez de chevreuils pour s'y spécialiser désormais. Les gascons-saintongeois y manquant de train, M. de Luze commença à se remonter en Loire-Inférieure par des achats annuels dans le célèbre élevage Lévesque. Il entretenait à l'époque une soixantaine de chiens et 8 chevaux. La moyenne des prises était d'environ 24 chevreuils par saison. Cela dura de 1898 à 1914. A ce moment, le grand drame s'ouvrit. L'équipage y sombra en entier, les derniers chiens furent tués en 1917. A partir de 1907, M. de Luze reste seul propriétaire prenant jusqu'en 1914, 25 chevreuils par an. En 1919, date des résurrections, M. Alfred de Luze, aidé comme à ses débuts, par quelques amis, remonta en allant en Anjou, au chenil du comte Geoffroy d'Andigné. C'est avec des poitevins de cette provenance qu'il chassera désormais au domaine de Marcheprime. M. de Luze a été maître d'équipage jusqu'en 1933, époque à laquelle il passa le fouet à son neuveu, Jean Cruze.

 

De 1933 à 1939, l'équipage continua comme précédemment à chasser à Marcheprime mais il fit deux déplacements en Braconne et un au Pas-des-Chaumes chez M. Maurice Hennessy. Après la guerre, il découple avec le Rallye Merrein et chasse trois mois à Marcheprime et trois mois à Préhac. Les deux équipages se séparèrent en 1968 et depuis cette époque, le déplacement à Préhac a été remplacé par le chassé d'Argelouse, où M. et Mme Henri-François Cruze possèdent des propriétés et chez des amis qui invitent l'équipage. Quelques courts déplacements ont lieu tous les ans chez le comte L. de Villeneuve à Grenade, ancien territoire de l'Equipage de Virelade au baron de Carayon-Latour, grand-père de l'actuel propriétaire, et sur invitation.

 

Si l'équipage n'a que deux patrons de 1884 à 1979, il y eut plusieurs piqueurs : les deux Branas père et fils, famille médocaine déscendants de piqueux, jusqu'en 1933 ; Maurice Lartigau, dit La Broussaille de 1933 à 1939 ; Donatien Lanave que tout le monde a connu sous le nom de Donatien. Ses qualités d'éleveur et de soigneur, sa connaissance de la lande, ont beaucoup contribué au succès de l'équipage de 1945 à 1973. Il est décédé en 1981. Depuis que Donatien avait pris sa retraite, l'équipage est servi par Gérard Goubelet dit Genêt qui est entré à l'Equipage de Saint-Raphaël en 1967. A la mort accidentelle de M. Jean Cruse, survenue le 5 juin 1979, le fouet est repris par Henri-François Cruse, son fils. M. Jean Cruse fut le président du Club du chien d'ordre, membre du Comité de la Société de Vénerie, et délégué régional de l'A.F.E.V.

Race(s) de chiens Grand Anglo Français tricolore
Gascon Saintongeois
Lévesque
Chenil 33380 Marcheprime (1884 - 1990)
ChevreuilLièvreRenard